Le vote électronique met en danger la démocratie directe !
Le vote électronique : un coup d'arrêt immédiat !

(Initiative populaire fédérale)

La démocratie directe compte parmi les biens les plus nobles de Suisse. La confiance en elle ne doit pas être runiée par des systèmes de vote électronique dangereux et peu transparents. C’est pourquoi nous voulons interdire le vote électronique grâce à un moratoire, qui durera jusqu’à ce qu’il devienne transparent et ne puisse plus être manipulé. Ce n’est que lorsque toutes les étapes du vote pourront être vérifiées et seront compréhensibles pour les électeurs sans compétence particulière que nous pourrons préserver la confiance en notre démocratie directe.


Les principaux arguments...


HAcker

Pas de protection contre les hackers

 


Kosten e-voting

Des coûts astronomiques et injustifiables.


Bundeshaus e-voting

La démocratie a besoin de confiance.

Arguments, questions et réponses, mythes

Le vote électronique : qu’est-ce que cela signifie ?

Le vote électronique (ou « e-voting ») signifie que les électrices et électeurs peuvent voter par Internet. Jusqu’ici, le vote électronique n’a joué qu’un rôle marginal lors des votations et élections. En Suisse, la Confédération et des cantons ont mis sur pied des projets d’introduction du vote électronique depuis l’an 2000. En 2004, ce canal de vote a été utilisé une première fois lors d’une votation fédérale, à titre d’essai. Le canton de Genève s’est particulièrement profilé comme pionnier du vote électronique. Il a développé et héberge son propre système, qui est utilisé par d’autres cantons (mais qui va être stoppé en 2020, officiellement « pour une question de coût »). Le deuxième système, utilisé par plusieurs cantons est celui de La Poste Suisse (laquelle se fournit auprès d’une entreprise privée étrangère). Entre les premiers essais et le début de l’année 2019, 14 cantons ont testé le vote électronique sous une forme ou une autre.

Comment fonctionne le vote électronique ?
Le vote électronique ne simplifie rien
Qui peut utiliser le vote électronique ?
La Confédération accélère les choses
La Confédération ignore les failles
Pourquoi cette initiative ?
Pourquoi un moratoire ?
Pourquoi un moratoire de cinq ans ?
De nouveaux tests sont-ils exclus pendant la durée du moratoire ?
Nous ne sommes pas des adversaires du progrès technologique !
La démocratie a besoin de confiance
Le dépouillement doit rester compréhensible
Le vote électronique n’augmente pas la participation
Des coûts astronomiques et injustifiables
E-banking : comparaison n’est pas raison
Pas de protection contre les hackers
Le danger d’une manipulation des scrutins est réel
Le système genevois a été piraté
Les cantons quittent le navire
des propositions de renoncer au vote électronique. Nous prenons les demandes des Suisses de l’Etranger au sérieux
Les autres pays renoncent

Texte d'initiative

La Constitution[1] est modifiée comme suit :

Art. 339, al. 1bis

1bis L’utilisation de procédures de vote électroniques est interdite.

 

Art. 197, ch. 12[2]
12. Disposition transitoire ad art. 39, al. 1bis (Utilisation de procédures de vote électroniques)

1 L’art. 39, al. 1bis, entre en vigueur dès que le peuple et les cantons l’ont accepté ; dès son acceptation, toutes les dispositions du droit cantonal et du droit fédéral relatives aux procédures de vote électroniques cessent d’être applicables.

2 L’Assemblée fédérale peut lever l’interdiction par le biais d’une loi fédérale si une sécurité contre les manipulations au
moins égale à celle du vote manuscrit est garantie, notamment si, dans le respect du secret de vote :
    a. les électeurs peuvent vérifier, sans connaissances spécialisées particulières, les étapes essentielles du vote électronique ;
    b. toutes les voix sont comptées telles que les électeurs les ont données, conformément à leur volonté libre et réelle et sans influence de l’extérieur , et que
    c. les résultats partiels du vote électronique peuvent être établis de manière univoque et non falsifiée et, si nécessaire, être vérifiés de manière fiable sans connaissances spécialisées particulières par le biais de nouveaux comptages de sorte à exclure que des résultats partiels ne répondant pas aux exigences des let. a et b soient reconnus.

3 Elle peut lever l’interdiction au plus tôt cinq ans après son entrée en vigueur.

[1]  RS 101

[2]  Le numéro définitif de la présente disposition transitoire sera fixé par la Chancellerie fédérale après le scrutin.

Cette initiative a été lancée par les membres du comité suivants (nom de famille dans l'ordre alphabétique)

Image

Jorgo Ananiadis, Ostermundigen
 
 
(Web-Seite)

Image

Thomas Bigliel, Landquart
 
 
(Web-Seite)

Image

Silvio Bonzanigo, Luzern
 
 
(Web-Seite)

Image

René Droz, Worb BE
 
 
(Web-Seite)

Image

Benjamin Fischer, Volketswil
 
 
(Web-Seite)

Image

Tamara Funiciello, Bern
 
 
(Web-Seite)

Image

Balthasar Glättli, Zürich
 
 
(Web-Seite)

Image

Franz Grüter, Eich


 
(Web-Seite)

Image

Kenny Gubser, St. Gallen
 
 
(Web-Seite)

Image

Matthias Hildbrand, Ried-Brig VS
 
 
(Web-Seite)

Image

Pierre-Antoine Hildbrand, Lausanne VD
 
 
(Web-Seite)

Image

Jonas Ineichen, Emmenbrücke LU


 
(Web-Seite)

Image

Vincent Keller, Renens VD
 
 
(Web-Seite)

Image

Prisca Koller, Hettlingen ZH
 
 
(Web-Seite)

Image

Alfred Künzler, Winterthur ZH
 
 
(Web-Seite)

Image

David Limacher, 6005 Luzern


 
(Web-Seite)

Image

Claudio Luck, Zürich
 
 
(Web-Seite)

Image

Hans Moser, 9470 Buchs SG
 
 
(Web-Seite)

Image

Nicolas A. Rimoldi, Luzern
 
 
(Web-Seite)

Image

Gregor Rutz, Zollikon ZH


 
(Web-Seite)

Image

Simon Schlauri, Zürich
 
 
(Web-Seite)

Image

Jean Christophe Schwaab, 1097 Riex VD
 
 
(Web-Seite)

Image

Michelle Singer, Utzensdorf BE
 
 
(Web-Seite)

Image

Martin Steiger, Zürich


 
(Web-Seite)

Image

Artur Terekhov, Oberengstringen
 
 
(Web-Seite)

Image

Michelle Wandeler, Beromünster LU
 
 
(Web-Seite)

Image

Claudio Zanetti, Gossau ZH
 
 
(Web-Seite)

Cette initiative est soutenue par les organisations suivantes :

Opinions sélectionnées de la population et de la politique

Image

«E-Voting gefährdet das Vertrauen in die Demokratie, denn es erlaubt, Misstrauen in Endergebnisse einfach und günstig zu streuen.»

Claudio Luck

Chaos Computer Club (TI)

Image

«Die Vorkommnisse in Genf sowie die Scytl-Erfahrungen zeigen: E-Voting ist mitnichten so sicher wie die schriftliche Urnenabstimmung. Nicht nur wegen Hacking-Gefahren. Auch die zentrale, IT-basierte Organisation (statt dezentraler Urnen in jedem Wahlkreis) birgt Risiken, die das Vertrauen in die direkte Demokratie kaum fördern. Daher ist E-Voting der Stecker zu ziehen, um die freie Demokratie zu retten!»

Artur Terekhov

Inh. AT Recht Steuern (ZH)

Image

«E-Voting muss genauso sicher und überprüfbar sein wie das traditionelle Abstimmen an der Urne. Wir dürfen unsere direkte Demokratie nicht gefährden, bloss weil E-Voting bequem und modern wirkt.»

Martin Steiger

Rechtsanwalt (ZH)

Image

«E-Voting gefährdet das Vertrauen der StimmbürgerInnen. Denn sie sind gezwungen, die Kontrolle über den Ablauf von Wahlen und Abstimmungen sowie die Auszählung an Experten und Privatunternehmen zu delegieren.»

Jean Christophe Schwaab

Gemeinderat / alt Nationalrat (VD)

Image

«Erfahrungen aus vielen Ländern zeigen, dass E-Voting-Systeme interessante Angriffsziele für Hacker und Grossmächte sind. Werden Wahlen und Abstimmungen manipuliert, so gefährdet dies das Vertrauen in unsere Demokratie.»

Franz Grüter

Nationalrat / Unternehmer (LU)

Image

«Abstimmungen müssen nicht nur den Gewinner ermitteln. Ebenso wichtig ist, dass das Resultat von den Verlierern akzeptiert wird. Die Zweifel, welche durch E-Voting geschürt werden, rütteln an diesem Fundament der Demokratie.»

Balthasar Glättli

Nationalrat / Fraktionschef (ZH)

Image

«Hacking bedroht unsere Daten, unsere Abstimmungen und unsere Demokratie. 
E-Voting muss gestoppt werden, bis es irgendwann sicher genug sein wird.»

Prisca Koller

Kantonsrätin / Volkswirtin (ZH)

Image

«E-Voting gefährdet unnötigerweise die Sicherheit unserer einzigartigen Demokratie. Nur unsere Initiative ermöglicht den Bürgerinnen und Bürgern zu entscheiden, ob sie das Risiko E-Voting überhaupt wollen.»

Nicolas A. Rimoldi

Student / Mitglied Jungfreisinnige (LU)

Médias

Image
Image
Image
Image
Image
Image